Débat sur la gestion de l’eau à la Communauté Urbaine d’Arras, mon intervention au Conseil du 20 novembre

Monsieur le Président, chers collègues,

Je pense que nous faisons ce soir oeuvre utile puisque nous débattons publiquement de la façon dont les 100 000 habitants de la Communauté Urbaine d’Arras seront fournis en eau. Nous exerçons ainsi une pression démocratique nécessaire: ce n’est pas pour rien si depuis plus de 10 ans les prix de l’eau baissent en France. C’est en effet depuis lors que les débats sur la gestion de l’eau se sont développés…

Je me félicite que la délibération C5-7 nous propose d’expérimenter le dispositif de la loi « Brottes » qui permet de mettre en place une tarification social-écologique, ou autrement dit « que les m3 d’eau utilisés pour remplir la piscine coûtent plus cher que ceux destinés à être bus »

Même si à ce stade des échanges on ne sait plus bien si on choisit dès ce soir une gestion délégué ou non, les arguments que vous présentez sont quand même assez discutables. La délibération que vous nous demandez de voter nous dit qu’une gestion déléguée permet une plus grande réactivité en cas de problème. Je vous invite à demander à vos amis politiques de Valenciennes où l’eau est gérée en régie comment ils font: je n’ai pas l’impression que quand il y a un incident sur le réseaux, il y ait des geysers d’eau pendant trois semaines dans les rues de cette ville.

Mais revenons au rapport d’expert qui nous est présenté. Comme toute expertise il est tout autant intéressant pour ce qu’il dit que pour ce qu’il ne dit pas.
Ainsi vous parlez de « risques » qui, en cas de gestion déléguée sont la charge de l’entreprise et non de la collectivité. A aucun moment ces risques dont vous ne cessez de parler tout à l’heure ne sont détaillés. J’espère que ce débat permettra de les préciser.
Ce rapport analyse les coûts et les surcoûts liés à un passage en régie « à froid », c’est-à-dire sans évaluation des économies sur plusieurs années. Trouvez une entreprise qui essaierait de convaincre ses financeurs en présentant un plan économique qui s’étale sur une seule année! Aucune, car elle ne convaincrait personne! Vous-même, Monsieur Le Président, qui vous faites le défenseur (à raison) de la préparation sur plusieurs années des budgets et notamment des investissements, je vous trouve un peu léger.

tableau méaulens

Tout à l’heure, un de nos collègues nous a demandé si nous étions sur un débat sur la sortie du capitalisme. Assurément non, mais s’il y a bien une chose qui met d’accord les marxistes et les libéraux c’est que l’activité économique privée dégage un profit et qu’il y a une lutte pour son partage en l’occurrence entre les actionnaires, les salariés et ici les usagers. Je ne souhaite à aucune entreprise d’aller mal, mais je remarque que chaque année Veolia dégage au moins 800 000 euros de profit sur le dos des habitants de notre communauté, affichant cette année un taux de rentabilité de plus de 10% et auparavant jusqu’à 20%. Il y a bien peu d’entreprises qui peuvent afficher un tel taux de profit!

Ces 800 000 euros, ils peuvent être redistribués aux usagers par la mise en oeuvre d’une baisse des prix et d’une tarification social-écologique et aussi servir à améliorer la rémunération des salariés du fournisseur d’eau. Ce qui est profondément dommage, c’est qu’en affirmant dès aujourd’hui votre préférence pour une gestion déléguée, vous vous privez du pouvoir de négociation et de pression que représenterait une mise en régie de la distribution de l’eau dans l’arrageois. Quel que soit le choix final, je crois que cela finisse par être au détriment des habitants de notre territoire….