Ma réaction à la mise sous tutelle de la fédération socialiste du Pas-de-Calais

Je viens d’apprendre par la presse la décision du Bureau National du Parti socialiste de mettre sous tutelle la fédération socialiste du Pas-de-Calais pour des raisons que je n’ai pas pour le moment en ma possession.

Quels que puissent être les arguments avancés par le bureau national, cette décision est ressentie comme une humiliation par les militants socialistes de notre Département dont je fais partie. Personne ne doit pouvoir s’en réjouir si tant est qu’il est un militant sincère et qu’il n’ait pas choisi la voie du « tous-pourris » comme outil de promotion de sa carrière politique.

Tout le paradoxe en effet de cette situation réside dans le fait que le rapport de la Commission d’enquête menée par Alain Richard affirme clairement que « l’accusation énoncée à l’encontre d’un « système de corruption » pouvant bénéficier au PS dans le Pas-de-Calais est dénuée de fondement« . Collectivement blanchis, nous allons pouvoir encore mieux nous battre pour défendre notre honneur face aux calomnies de tout poil. A titre personnel, je n’ai jamais douté de la probité de mon amie Catherine Génisson qui a tenté tant bien que mal de faire face à une situation épouvantable avec l’énergie du désespoir et dans un climat pesant.

Du reste, il faut prendre acte de cette décision irrévocable. C’est maintenant à chacun de prendre ses responsabilités, sans rechercher de bouc émissaire ni se payer de mots pour éviter les actes. Les reproches faits au fonctionnement de notre fédération nous atteignent tous, son inéluctable rénovation nous engage tous. Elle place tout particulièrement la jeune génération de la fédération face à des choix cruciaux.

Deux impératifs sont incontournables: la lutte résolue contre le cumul des mandats qui mine notre fonctionnement collectif, et la première des rénovations, celle de notre orientation. Il faut dès maintenant ouvrir la voie du reflux de l’extrême-droite et inventer le modèle de développement que nos idéaux d’égalité et de démocratie nous commandent de moderniser dans le Pas-de-Calais. Cette mise sous tutelle nous met face à notre principale responsabilité: celle, plus que jamais de faire de la Politique dans ce qu’elle a de plus noble. Cela tombe bien, nous ne manquons ni d’énergie ni d’idées, bien au contraire. Redressons dès maintenant la tête, retrouvons notre fierté, c’est à nous, militants, fidèles à notre histoire et à nos valeurs de retrousser nos manches.

Antoine Détourné, secrétaire fédéral, ancien Président national des jeunes socialistes.

Réagir