Mes interventions dans la presse: sur France 3 à propos de la Place des héros, dans la Voix du Nord sur l’expo de la fondation Lejeune

Mes interventions dans la presse: sur France 3 à propos de la Place des héros, dans la Voix du Nord sur l’expo de la fondation Lejeune

La Place des Héros va devenir (enfin) piétonne… pour quelques heures le Week-end, ce que les socialistes réclament depuis des années (avec une remise à plat complète du plan de déplacement pour concilier respect du cadre de vie, valorisation du patrimoine et développement de l’activité économique en centre-ville). J’ai été interrogé par France 3 sur ce sujet en direct dans le journal du 20 juin dernier.

J’avais alerté en Conseil Municipal sur le fait que la fondation Lejeune, proche des milieux intégristes catholiques et adversaires des droits des femmes, se voit mettre à disposition par la Ville une salle gratuite au beffroi. Le maire m’avait garanti que cet évènement serait contrôlé, et que tout risque de dérapage serait écarté. Cet article de la Voix du Nord révèle hélas que mes craintes étaient justifiées et que Frédéric Leturque s’est fait piéger par ce discours scientifique masquant un projet obscurantiste…

Et si on décidait de sortir la gauche de l’agonie…?

Et si on décidait de sortir la gauche de l’agonie…?

Le Premier Ministre l’a évoqué il y a quelques jours… (dans un discours qui vaut bien mieux que le résumé au simple appel à la « discipline » des députés socialistes pour le vote du budget)… les résultats du scrutin de la législative partielle à Valenciennes le confirment, le dévissage de la gauche sur le plan électoral est purement VER-TI-GI-NEUX.

Pire, comme l’explique par exemple cette tribune de quelques chercheurs, ces défaites électorales sont précédées de reculs profonds de l’influence des idées de gauche dans l’opinion.

Résultat des européennes… y-a-t’il besoin d’en dire encore plus?

Résultat des européennes… y-a-t’il besoin d’en dire encore plus?

Choqué, révolté, mais hélas pas surpris, on ne peut prendre le résultat des européennes que pour ce qu’il est: une grosse baffe.

Pour autant, il était annoncé. Plutôt que de réagir à la mesure de ce qui s’annonçait et de faire mouvement, nous sommes restés tétanisés, comme l’est un animal pris dans les phares d’une voiture qui s’agite mais ne sait où aller…

On ne pourra plus nous ressortir la thèse de l’accident électoral qui avait servi d’alibi à l’aveuglement post-21 avril 2002. Tout juste ceux qui pourraient être tentés de le faire pourront parler de coïncidence: soyons sûrs que ce serait la dernière cartouche et qu’elle n’éviterait pas ce qui semble venir et appelle une prise de recul bien plus forte.